Tour de France (2/4) - L'alimentation des coureurs du Tour de France


Tour de France FitTrack

Un apport énergétique hors norme ! 

Un coureur cycliste dépense 7.000 à 8.000 Kcalories par jour dont en moyenne 4.500 à 5.000 Kcalories lors d’une étape. En comparaison, le besoin journalier pour une personne ayant une activité modérée se situe entre 1.800 à 2.100 Kcalories et entre 2.000 à 2.700 Kcal pour celle pratiquant une activité intense. 

Une nouvelle étape s’ouvre aux coureurs du tour de France, celle de Toulouse - Bagnères de bigorre avec deux grandes ascensions : 

  • Col de Peyresourde (1.569 m d’alt.) de 13,2 km à 7 %,
  • Hourquette d’Ancizan (1.564 m d’alt.) de 9,9 km à 7,5 %.

Autant dire qu’ils auront plus besoin que jamais d’avoir fait le plein d’énergie pour franchir cette ligne d’arrivée. 

Comment remplissent-ils cet apport énergétique en une seule journée ? 

Avec un besoin de 7.500 Kcalories en moyenne, un coureur apporte son besoin énergétique avant, pendant et après l’effort. 

Lors de l’effort, 3.500 Kcalories seront apportées : 2.000 Kcal sont offertes par les réserves de graisse pendant l’étape et 1.500 Kcal grâce à la nutrition. 

4.000 Kcal restent donc à être apportées avant et pendant l’effort : dîner, petit déjeuner et boisson d’attente. 

Tour de France FitTrack

 

Les secrets de l’alimentation des coureurs du Tour de France ! 

Toute une stratégie est mise en place pour pouvoir apporter ces 4.000 Kcal et surtout pour le petit déjeuner, dernier repas avant l’étape du jour. 

Des boissons glucidiques entre l’arrivée et le coucher pour préparer l’étape du lendemain. Deux collations peuvent être prises (après l’étape dans la voiture ou le bus qui ramène le coureur à l’hôtel et une autre avant le coucher)

Le dîner de l’avant-effort : doit comprendre entre 800 à 1.000 Kcal pour pouvoir récupérer et préparer l’étape du lendemain. 

Ce dîner consistera à faire un bon apport de protéines pour le muscle : il devra être très digeste avec peu de graisses et peu de fibres crues (ex. salades). 

Un respect de 2 heures entre la fin du repas et le coucher est respecté : c’est leur solution pour faciliter l’endormissement ! 

Des assiettes assaisonnées, avec des sauces, mais sans graisse, des champignons, des olives, de la ciboulette : tout est fait pour que les coureurs cyclistes puissent prendre plaisir à manger leur dîner du soir, de quoi se réconforter après leurs efforts extrêmes de l’étape du jour. 

Le petit déjeuner : composé de 600 à 700 Kcalories, il est consommé 3 à 4 heures avant le départ de l’étape. 

C’est certainement le repas le plus important : il convient donc de le détailler ! 

  • Les glucides (70%) : céréales, boissons de soja, du pain et de la confiture, des crêpes, des pâtes ou du riz,
  • Les vitamines, fibres et minéraux : jus de fruits ou compotes,
  • Les protéines (15 %) : boisson de soja, fromage blanc ou yaourt nature, jambon blanc ou fumé, une omelette
  • Les lipides (15%) : fruits secs tels que les amandes, noix ou noisettes
  • Un café ou un thé, mais interdiction au lait de vache qui est indigeste ! 

La boisson d’attente : 90 minutes avant le départ : 500 ml d’eau plate, une dose de maltodextrine, des minéraux.


Les graisses sont essentielles à de tels efforts ! 

Très souvent nous supposons que face à de tels efforts les graisses sont entièrement interdites. 

Cette pensée est totalement fausse ! 

Les apports en lipides doivent représenter 20 à 25 % de l’apport énergétique total : ils privilégient les lipides polyinsaturés (graisses de poisson, huiles végétales riches en oméga 3 et 6) leur permettant ainsi de libérer de l’énergie en quantité importante. 


Suivez quotidiennement votre dépense énergétique et vos calories brûlées grâce à l’indicateur BMR de notre balance connectée FitTrack. 




Laissez un commentaire